Chronic obstructive pulmonary disease

06-26-2023 | Médicaments: Usage optimal

26 juin 2023 NOUVEAU –Mise à jour des recommandations de traitements lors d’exacerbations aigues de la maladie pulmonaire obstructive chronique

Au Québec, la prévalence brute des personnes atteintes de la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) âgées de 35 ans et plus est passée de 9,6 % en 2011-2012 à 9,9 % en 2021-2022. L’exposition à des facteurs aggravants, à des allergènes environnementaux chez une personne connue allergique ou à des pathogènes respiratoires récents peuvent être associés à une exacerbation soutenue de symptômes de la MPOC sous-jacente dont est atteinte la personne. Au fil du temps, la survenue de telles exacerbations entraîne une dégradation de la fonction pulmonaire, ce qui est associé à un mauvais pronostic.

Afin de tenir compte des progrès et des plus récentes recommandations publiées par des sociétés savantes reconnues dans le domaine, des enjeux d’antibiorésistances et de la modernisation des champs d’exercice de certains professionnels de la santé au Québec depuis quelques années, l’INESSS a revisité le contenu clinique et les recommandations de son guide d’usage optimal des traitements d’une exacerbation aigüe de la MPOC (EAMPOC), du protocole médical national No628007 et du modèle d’ordonnance collective associée. Ces mises à jour s’inscrivent dans la continuité des travaux sur l’usage optimal des traitements de la MPOC publiés en novembre 2022.

Les nouvelles versions d’outils cliniques se distinguent des anciennes notamment par :

  • l’ajout de symptômes et signes cliniques selon la gravité des EAMPOC soient légère, modérée et sévère;
  • la bonification d’éléments diagnostiques pour mieux cerner l’étiologie en cause et distinguer l’EAMPOC d’autres conditions de santé;
  • l’ajout de repères pour guider la conduite thérapeutique selon le niveau de gravité de l’EAMPOC;
  • un choix d’antibiotique qui repose dorénavant sur le risque d’échec thérapeutique ou de complications, tout en tenant compte des effets indésirables et de la résistance bactérienne en croissance au Québec.

Sans se substituer au jugement clinique, ces nouveaux outils devraient soutenir la pratique en favorisant l’usage optimal des traitements, et ce notamment dans un souci de participer aux efforts d’antibiogouvernance et de préserver l’usage des antibiotiques lorsque nécessaire.

Un TUTORIEL est disponible pour vous soutenir dans votre pratique, notamment si vous êtes un professionnel habilité à appliquer une ordonnance collective basé sur le protocole médical national.


Date : 22 novembre 2022
La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), caractérisée par une limitation du débit d’air expiratoire causant des symptômes respiratoires persistants et progressifs, est en croissance depuis une vingtaine d’années au Québec. D’importantes répercussions sur la qualité de vie de la personne et celle de ses proches peuvent survenir si cette maladie demeure non diagnostiquée ou est mal contrôlée, y compris la survenue d’exacerbations aigües. Ces épisodes, s’ils sont sévères, ont des conséquences significatives sur l’utilisation des ressources, qui se traduisent par des visites répétées à l’urgence ou encore des séjours à l’hôpital voire aux soins intensifs.

La reconnaissance de la MPOC, combinée à l’accès en temps opportun à la spirométrie pour poser le diagnostic sont d’importants enjeux actuels. Par ailleurs, la variété de traitements et de dispositifs d’inhalation mis à la disposition des prescripteurs pose aussi des défis pour les professionnels de la santé moins expérimentés avec cette maladie, alors que le choix du dispositif d’inhalation peut influer sur l’adhésion de la personne atteinte de MPOC à sa médication. Afin de tenir compte des progrès dans ce domaine depuis plusieurs années et de soutenir la première ligne dans le diagnostic, le traitement et la prise en charge globale de la MPOC, l’INESSS a réalisé une série d’outils cliniques à savoir :

  • un guide d’usage optimal sur les traitements de la MPOC;
  • un outil d’aide au choix du dispositif d’inhalation;
  • un aide-mémoire pour les personnes atteintes de la MPOC;
  • un tableau énumérant les dispositifs et molécules évalués par l’INESSS et leur statut de remboursement dans le régime public d’assurance médicaments.

Sans se substituer au jugement clinique, ces outils devraient soutenir un repérage et un diagnostic précoce de la MPOC, promouvoir un choix et un usage optimal des médicaments et des dispositifs d’inhalation et, ultimement, améliorer l’expérience de soins des personnes atteintes. Le rehaussement de la pratique dépendra cependant de la diffusion des outils cliniques, de l’adhésion à ces changements et de l’appropriation des recommandations par les professionnels de la santé concernés, mais aussi d’un accès facilité à la spirométrie.

Nous avons besoin de votre opinion !
Sondage portant sur le Guide d'usage optimal (GUO)
: Exacerbation aigüe de la maladie pulmonaire obstructive chronique
Sondage portant sur le Rapport en soutien: Maladie pulmonaire obstructive chronique : repérage, diagnostic, usage optimal des médicaments et des dispositifs d’inhalation, et prise en charge globale
Sondage portant sur le GUO: Maladie pulmonaire obstructive chronique
Sondage portant sur l'Aide-mémoire: Aide-mémoire pour les personnes atteintes d’une maladie pulmonaire obstructive chronique
Sondage portant sur l'Outil: Aide au choix du dispositif d’inhalation pour le traitement de la maladie pulmonaire obstructive chronique

REF850

Subscribe to our newsletter now

Subscription