Prise en charge de l'infarctus aigu du myocarde avec élévation du segment ST (IAMEST)

POSITIONS DE L’INESSS À CE JOUR (05-10-2020)

En se basant sur la documentation scientifique disponible au moment de sa rédaction et sur les consultations menées, et malgré l’incertitude existante dans cette documentation et dans la démarche utilisée, et compte tenu que :

  • La majorité des personnes ayant subi un IAMEST au Québec sollicitent les services préhospitaliers d’urgence. Il demeure donc pertinent que les techniciens ambulanciers évaluent la présence possible d’un IAMEST et le statut COVID-19 des patients pour être en mesure de diriger la personne à l’hôpital le plus approprié.
  • L’ensemble des organisations consultées qui abordent la gestion globale de la maladie recommande que l’intervention coronarienne percutanée dite primaire (ICPP), soit le traitement privilégié pour les patients présentant un IAMEST sans égard à leur statut COVID-19.
  • Au Québec, la grande majorité des patients ayant subi un IAMEST sont traités par l’ICPP dans l’un des 15 centres hospitaliers offrant l’intervention (contexte non pandémique).
  • Bien que la fibrinolyse soit un traitement de reperfusion reconnu comme efficace et pouvant être réalisé rapidement dans une unité d’urgence, cette intervention a été peu utilisée dans les 15 dernières années au Québec. Par conséquent, un manque relatif d’expertise pourrait être un enjeu dans le cas d’une augmentation importante de cette stratégie de reperfusion. 
    • Il est estimé dans la littérature qu’un quart à un tiers des patients traités par fibrinolyse nécessiteront de toute façon un transfert interhospitalier pour recevoir une ICP de sauvetage.
  • Des publications portant sur les premiers mois de la pandémie de COVID-19 ont démontré une diminution du nombre de patients qui ont recours aux services de soins à la suite d’un IAMEST et une augmentation des délais pour solliciter l’aide médicale, ce qui signifie que les patients sont susceptibles de présenter un état plus grave nécessitant des soins spécialisés offerts dans les centres ICP.
  • Les recommandations émises par différentes organisations soulignent l’importance, pour les intervenants, d’utiliser les mesures de protection personnelle appropriées.
  • La prise en charge peut différer selon le contexte local et les ressources humaines et matérielles disponibles dans un contexte de pandémie.  

l’INESSS est d’avis que, pour la prise en charge de l’IAMEST,

  • L’organisation de services et les normes de pratiques préconisées pour la prise en charge de l’IAMEST en général au Québec devraient être maintenues malgré l’urgence sanitaire liée à la COVID-19 :
    • Pour les personnes soupçonnées d’avoir un IAMEST et prises en charge par les services préhospitaliers d’urgence (SPU), l’ICPP suivant un transport direct à un centre ICP, devrait rester la thérapie privilégiée, lorsque possible et indépendamment du statut COVID-19 du patient. Une exception à cette norme générale peut être faite dans les contextes où le service ne peut être offert à cause d’un manque de ressources humaines ou matérielles.
    • Dans les cas où le statut COVID-19 est soit inconnu ou non disponible au moment de la prise en charge d’un patient soupçonné d’avoir un IAMEST, tous les intervenants devraient porter un équipement de protection individuelle. Dans la mesure du possible, le patient devrait également être protégé.
  • La prise en charge devrait être ajustée afin de réduire les contacts avec les autres patients et minimiser le nombre d’intervenants impliqués dans les soins du patient :
    • Le risque de COVID-19 devrait être ajouté aux évaluations préhospitalières.
    • Pour les patients soupçonnés d’avoir un IAMEST et transportés par ambulance à un centre ICP, un bref arrêt à l’unité d’urgence est recommandé avant d’aller en salle d’hémodynamie afin de procéder à une évaluation rapide du risque d’IAMEST, du risque de COVID-19 et de l’état respiratoire.
    • Afin de minimiser les risques de contagion à la COVID-19, chaque l’hôpital devrait utiliser un protocole[1] pour guider la réception du patient et la trajectoire de soins au sein de l’établissement.
    • Lors des transferts ou des rapatriements entre un hôpital non ICP et un hôpital ICP, chaque réseau IAMEST (qui consiste en un centre ICP en partenariat avec des centres non ICP référents et des SPU) devrait appliquer des protocoles qui prennent en compte le risque d’infection du patient à la COVID-19, son état clinique ainsi que les ressources disponibles. 

Abonnez-vous à notre infolettre dès maintenant

Abonnement