Extrait d'avis au ministre

Xtandi (cancer prostate)

Dénomination commune / Sujet : enzalutamide
Nom du fabricant : Astellas
Forme : Caps.
Teneur : 40 mg

Indication : Traitement du cancer de la prostate résistant à la castration, non métastatique et à haut risque

Recommandation de l'INESSS
Inscription - Avec conditions

Décision du Ministre
Ajouter une indication reconnue aux listes des médicaments - Médicament d'exception (2020-04-29)
Surseoir à la décision (2019-04-11)

Evaluation publiée le 10 avril 2019

Téléchargez l'Avis au ministre sur Xtandi (cancer prostate)

 Extrait de l'Avis au ministre sur Xtandi 305 KiO

L’enzalutamide (XtandiMC) est un médicament utilisé pour traiter le cancer de la prostate lorsque le traitement hormonal n’est plus efficace, mais que le patient n’a pas encore de métastases. À ce stade de la maladie, les patients vivent habituellement moins de cinq ans en l’absence de traitement et il n'existe aucun traitement pour guérir ce type de cancer. Actuellement, les patients ne reçoivent généralement pas de traitement anticancéreux; ils continuent leur traitement hormonal et ils sont suivis par leur médecin qui vérifie périodiquement que des métastases ne sont pas apparues. Lorsque des métastases sont détectées, les patients peuvent être traités à l’abiratérone (ZytigaMC) ou l’enzalutamide, ou encore par chimiothérapie.

L’évaluation de l’efficacité et de l’innocuité de l’enzalutamide repose sur une étude de bonne qualité. Les résultats de cette étude montrent qu’il retarde l’apparition des métastases de près de deux ans par rapport à un placebo. Par contre, on ne sait pas si ce médicament prolonge la vie des patients, mais il ne semble pas détériorer leur qualité de vie par rapport au placebo.

Le coût de traitement à l’enzalutamide, en ajout au traitement hormonal, est élevé. Le rapport entre son coût et son efficacité (les effets sur la durée de vie et la qualité de vie) est aussi élevé lorsqu’il est comparé au traitement hormonal seul. Par ailleurs, l’INESSS estime qu’au cours des 3 prochaines années, l’enzalutamide entraînerait des dépenses additionnelles d’environ 22 millions de dollars sur le budget de la RAMQ.

Bien que cette maladie ne puisse pas être guérie à ce stade, l’INESSS est conscient de l’importance, pour les patients et leurs proches, de retarder la progression de la maladie et de conserver une bonne qualité de vie le plus longtemps possible. Dans un contexte de ressources limitées, il doit formuler des recommandations pour que ces ressources soient investies de façon responsable, afin de permettre d’aider le plus grand nombre possible de personnes dans l’ensemble du système de santé. Dans ce cas, l’INESSS recommande à la ministre d’uniquement rembourser l’enzalutamide à la condition que son utilisation soit encadrée par une indication reconnue pour le paiement et que le fabricant contribue à réduire le fardeau économique pour le système de santé.

Abonnez-vous à notre infolettre dès maintenant

Abonnement