Extrait d'avis au ministre

Keytruda (cancer urothélial)

Dénomination commune / Sujet : pembrolizumab
Nom du fabricant : Merck
Forme : Pd. Perf. I.V.
Teneur : 50 mg et 25 mg/mL (4 mL)

Indication : Traitement du carcinome urothélial localement avancé ou métastatique

Recommandation de l'INESSS
Refus d'inscription

Décision du Ministre
Ne pas ajouter une indication reconnue à la Liste Établissements (2019-08-15)

Evaluation publiée le 7 août 2019

Téléchargez l'Avis au ministre sur Keytruda (cancer urothélial)

 Recommandations de l'INESSS 251 KiO

Le pembrolizumab (KeytrudaMC) est une immunothérapie qui peut être utilisée pour traiter le cancer urothélial (cancer de la vessie ou des voies urinaires) inopérable ou métastatique chez les personnes qui ne peuvent recevoir une chimiothérapie comprenant un médicament nommé cisplatine. Actuellement, il n'existe aucun traitement pour guérir ce cancer à ce stade de la maladie. Le traitement standard est une chimiothérapie comprenant du cisplatine et de la gemcitabine. Chez les patients ne pouvant recevoir le traitement standard, une chimiothérapie comprenant le carboplatine et la gemcitabine est privilégiée ou, dans certains cas, une chimiothérapie comprenant un seul médicament leur est proposée. Toutefois, peu de patients répondent à ce dernier traitement, la durée de la réponse est courte et la toxicité n’est pas négligeable. Dans cette situation, plusieurs patients reçoivent les « meilleurs soins de soutien ». Cette option vise à soulager les symptômes sans traiter la maladie elle-même.

L’évaluation du pembrolizumab chez les patients présentant un cancer urothélial ne pouvant pas recevoir certaines chimiothérapies repose sur une étude de faible qualité. Il s’agit d’une étude qui ne compare pas l’efficacité et l’innocuité de ce médicament à celles d’autres chimiothérapies ni aux meilleurs soins de soutien. L’INESSS juge que les données évaluées sont insuffisantes pour démontrer les bienfaits de ce traitement et pour répondre au besoin de santé non comblé.

Ainsi, puisque la valeur thérapeutique du pembrolizumab n’est pas reconnue, les quatre autres aspects prévus par la loi (justesse du prix, rapport entre le coût et l’efficacité du traitement, conséquences de l’inscription du médicament sur la liste sur la santé de la population et sur les autres composantes du système de santé et des services sociaux, ainsi que l’opportunité de l’ajout d’une indication pour ce médicament sur la liste au regard de l’objet du régime général) n’ont pas été évalués.

Abonnez-vous à notre infolettre dès maintenant

Abonnement