Extrait d'avis au ministre

Abraxane

Dénomination commune / Sujet : Paclitaxel en nanoparticules
Nom du fabricant : Abraxis
Forme : Poudre injectable intraveineuse
Teneur : 100 mg

Indication : Traitement du cancer du sein métastatique

Recommandation de l'INESSS
Ajout à la Liste établissements – Médicament d'exception

Décision du Ministre
Information actuellement non disponible en ligne

Evaluation publiée le 1 juin 2009

Description du médicament

AbraxaneMCest une formulation de paclitaxel en nanoparticules lié à l’albumine qui exploite les propriétés naturelles de l’albumine humaine pour le transport du médicament au site tumoral. Le paclitaxel fait partie de la classe des taxanes. Ce produit a obtenu un avis de conformité de Santé Canada pour le traitement du cancer du sein métastatique.

Valeur thérapeutique

La valeur thérapeutique d’AbraxaneMC comme traitement du cancer du sein métastatique en monothérapie a déjà été reconnue par le Conseil. Cette décision repose principalement sur l’étude de Gradishar (2005) dont le but est de comparer l’efficacité d’AbraxaneMC, utlilisé à la dose de 260 mg/m2 de surface corporelleaux trois semaines, à celle du paclitaxel conventionnel. Par ailleurs, le Conseil reconnaît également que les femmes présentant une intolérance au docetaxel, au paclitaxel conventionnel ou encore aux médicaments utilisés comme prémédication pour ces traitements, auraient avantage à recevoir AbraxaneMC compte tenu de son efficacité mieux démontrée que celle des autres thérapies de dernier recours.

Aspects économique et pharmacoéconomique

Selon le prix soumis par le fabricant dans le cadre de la présente réévaluation, en comparaison avec le coût de traitement des autres taxanes, celui d’AbraxaneMC demeure plus élevé. Il se rapproche toutefois de la limite supérieure des coûts de traitement avec les médicaments de cette classe lorsqu’il est utilisé selon la posologie actuellement reconnue au Canada de 260 mg/m2 aux trois semaines.

Du point de vue pharmacoéconomique, une étude coût-efficacité non publiée, basée sur le prix soumis, a été analysée par le Conseil. Il s’agit d’une étude comparant AbraxaneMC au docetaxel pour le traitement de première intention des femmes atteintes du cancer du sein métastatique. Selon le Conseil, le ratio coût-efficacité différentiel d’AbraxaneMC, en coût par année de vie sans progression de la maladie, est jugé élevé. Considérant la qualité de vie réduite des patientes à ce stade de la maladie, le ratio coût-utilité, qui pourrait être estimé à partir de données sur la survie globale le serait davantage. Les données actuellement disponibles et l’analyse du Conseil ne permettent donc pas de reconnaître AbraxaneMCcomme une option de traitement coût-efficace en première intention pour l’ensemble de la population.

Toutefois le Conseil juge que le coût supérieur de traitement avec AbraxaneMCà la dose de 260 mg/m2 aux trois semaines est justifié chez les femmes présentant une intolérance sérieuse au docetaxel, au paclitaxel conventionnel ou encore aux médicaments utilisés comme prémédication pour ces traitements. Ainsi, chez cette population et à cette dose, le médicament satisfait aux critères économique et pharmacoéconomique.

Conclusion

En tenant compte de l’ensemble des critères prévus à la Loi, le Conseil a recommandé d’inscrire AbraxaneMC sur la Liste de médicaments—Établissements selon l’indication reconnue suivante :

  • pour le traitement du cancer du sein métastatique chez les femmes présentant une intolérance sérieuse au docetaxel, au paclitaxel conventionnel ou encore aux médicaments utilisés comme prémédication pour ces traitements, et ce, au point de remettre en question l’initiation ou la poursuite du traitement.

    Le paclitaxel en nanoparticules doit être utilisé à une dose de 260 mg/m2 de surface corporelle aux trois semaines.

Principale référence utilisée

Gradishar WJ, Tjulandin S, Davidson N, et coll. Phase III trial of nanoparticle albumin-bound paclitaxel compared with polyethylated castor oil-based paclitaxel in women with breast cancer. J Clin Oncol 2005; 23(31): 7794-803.

Note : D’autres références, publiées ou non publiées, ont été consultées.

Abonnez-vous à notre infolettre dès maintenant

Abonnement