Modalité de gestion de l'accès aux soins en cancérologie: revue de la littérature et des pratiques

2019-02-18 | Cancérologie

Notice Santécom:119309

 

SONDAGE – Qu’avez-vous pensé de l’État des connaissances

 

Le diagnostic d’un cancer et l’attente d’un traitement sont des sources importantes d’anxiété pour les patients. De plus, les délais d’attente prolongés avant un traitement peuvent augmenter les risques de progression de la maladie à un stade plus avancé, augmenter la gravité du pronostic et potentiellement réduire les chances de succès du traitement.

Depuis 2012, le Ministère de la Santé et des Services sociaux a établi deux cibles d’accès en chirurgie oncologique, et ce, pour tous les sites confondus. La cible a été définie en paliers, soit 90 % de la clientèle requérant une chirurgie oncologique pour un cancer soupçonné ou confirmé doit être opérée dans un délai de 28 jours et 100 % de cette clientèle doit être opérée dans un délai de 56 jours. Il a été suggéré que, pour certains types de cancer, il serait possible de retarder la chirurgie sans causer préjudice à la survie des patients.

C’est dans ce contexte que la Direction générale de cancérologie a mandaté l’INESSS afin 1) de déterminer s’il était justifié de mettre en place des délais maximaux avant le premier traitement en oncologie qui seraient modulés en fonction du siège tumoral, et 2) d’effectuer une revue des pratiques nationales et internationales concernant les normes d’accès aux traitements en oncologie (chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie).

Abonnez-vous à notre infolettre dès maintenant

Abonnement