Grossesse - allaitement

CONSTATS DE L’INESSS À CE JOUR (27 novembre 2020)

En se basant sur la documentation scientifique disponible au moment de sa rédaction et malgré l’incertitude existante dans cette documentation et dans la démarche utilisée, l’INESSS met en lumière:

  • Les femmes enceintes développent généralement des symptômes légers ou modérés de la COVID-19 et ne sont généralement pas plus à risque de complications reliées à une infection au SARS-CoV-2;
  • La présence, chez la mère, de comorbidités comme le diabète, l’obésité et l’hypertension (et possiblement le diabète gestationnel et la prééclampsie) sont des facteurs de risque dans le développement de la forme sévère de la COVID-19;
  • Les femmes enceintes atteintes de la forme sévère de la COVID-19 auraient un risque plus grand que les femmes non enceintes atteintes de la forme sévère de la COVID-19 d’être admises dans une unité de soins intensifs selon deux études américaines comportant plusieurs limites. La majorité de ces hospitalisations (80%) survient dans le 3e trimestre de grossesse;
  • Les risques de naissances prématurées (< 37 semaines) sont augmentés chez les femmes enceintes atteintes de COVID-19 comparativement à celui des femmes enceintes non atteintes ;
  • Les nouveau-nés nés de mères positives à SARS-CoV-2 ont un risque accru d’être admis dans une unité de soins intensif après la naissance;
  • La transmission verticale, même si elle est possible, est un phénomène qui se produirait chez moins de 3 % à 6 % des naissances selon les séries de cas;
  • L’allaitement maternel ne constituerait pas une voie d’infection du nouveau-né par la mère.
  • Les experts consultés soulignent qu’il est primordial que les femmes enceintes respectent les consignes de la santé publique afin d’éviter l’infection au SRAS-CoV2, et ainsi tout risque de complications pour elle et leur enfant à naître.

Abonnez-vous à notre infolettre dès maintenant

Abonnement