Extrait d'avis au ministre

Cabometyx (adénocarcinome rénal)

Dénomination commune / Sujet : cabozantinib
Nom du fabricant : Ipsen
Forme : Co.
Teneur : 20 mg et 40 mg

Indication : Pour le traitement de 1re intention de l’adénocarcinome rénal au stade avancé ou métastatique, ainsi qu’une indication reconnue sur les listes des médicaments pour la poursuite du traitement chez les patients qui ont dû
cesser le nivolumab

Recommandation de l'INESSS
Inscription – Avec conditions

Décision du Ministre
Surseoir à la décision (2024-03-06)

Évaluation publiée le 02 février 2024

Téléchargez l'Avis au ministre sur Cabometyx (adénocarcinome rénal)

Extrait d'avis au ministre sur Cabometyx 424 KiO

Le cancer du rein est une maladie relativement fréquente et grave, qui touche près de 2 fois plus d’hommes que de femmes. L’adénocarcinome rénal représente 80 à 85 % de l’ensemble des cancers du rein chez l’adulte. Au stade avancé ou métastatique, c’est-à-dire lorsqu’elle s’est propagée à d’autres organes, les patients atteints de cette maladie vivent rarement plus de 5 ans sans traitement. Bien qu’ils ne puissent pas guérir la maladie, certains médicaments en ralentissent toutefois la progression, prolongent la survie et améliorent le confort des patients, comme les associations axitinib (InlytaMC)/pembrolizumab (KeytrudaMC), lenvatinib (LenvimaMC)/pembrolizumab et nivolumab (OpdivoMC)/ipilimumab (YervoyMC).

Le cabozantinib (CabometyxMC) est un médicament qui ralentit la croissance des cellules cancéreuses. Il s'administre en association avec le nivolumab, une immunothérapie, pour prolonger la survie et ralentir la progression de la maladie. Le cabozantinib s’administre tous les jours par voie orale, alors que le nivolumab s’administre par voie intraveineuse toutes les 2 ou 4 semaines.

Une étude de bonne qualité comparant l’efficacité et les effets secondaires de l’association cabozantinib/nivolumab par rapport au sunitinib (SutentMC) a été consultée. Elle indique que cette association est plus efficace et légèrement plus toxique que le sunitinib, qui est toutefois rarement utilisé au Québec aujourd’hui. En effet, le traitement standard correspond plutôt aux associations axitinib/pembrolizumab, lenvatinib/pembrolizumab et nivolumab/ipilimumab, lesquelles sont également reconnues plus efficaces que le sunitinib. Par conséquent, l’INESSS a apprécié une comparaison indirecte. À la lumière de l’ensemble des données analysées, l’INESSS juge que l’efficacité de cabozantinib/nivolumab ne se distingue pas de celle des comparateurs d’intérêt et que, bien que le type d’effet indésirable diffère d’une association à l’autre, le fardeau global sur le patient est comparable. L’association cabozantinib/nivolumab représente donc une option supplémentaire dans le traitement de 1re intention de l’adénocarcinome rénal au stade avancé ou métastatique.

Le coût de traitement de l’association cabozantinib/nivolumab est élevé. Il est également supérieur à celui des associations axitinib/pembrolizumab, lenvatinib/pembrolizumab et nivolumab/ipilimumab, et ce, pour des bénéfices de santé jugés similaires. Une analyse de minimisation des coûts a été retenue par l’INESSS pour évaluer l’efficience du cabozantinib en association avec le nivolumab.

L’INESSS est conscient de l’importance, pour les patients et leurs proches, d’avoir accès à différentes options de traitement qui retardent la progression de la maladie et prolongent la vie le plus longtemps possible. Dans un contexte de ressources limitées, il doit formuler des recommandations pour que ces ressources soient investies de façon responsable dans l’ensemble du système de santé. C’est pourquoi l’INESSS recommande au ministre d’ajouter une indication reconnue à CabometyxMC à la condition que son utilisation soit encadrée et que le fabricant contribue à réduire le fardeau économique sur le système de santé.

Abonnez-vous à notre infolettre dès maintenant

Abonnement