Extrait d'avis au ministre

Avastin

Dénomination commune / Sujet : Bevacizumab
Nom du fabricant : Roche
Forme : Solution pour perfusion intraveineuse
Teneur : 25 mg/ml

Indication : Cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC)

Recommandation de l'INESSS
Avis de refus – Valeur thérapeutique

Décision du Ministre
Information actuellement non disponible en ligne

Evaluation publiée le 01 février 2010

Description du médicament

Le bevacizumab est un anticorps monoclonal humanisé recombinant qui agit sur l’angiogenèse et bloque la croissance tumorale. Il est actuellement inscrit à la Liste de médicaments — Établissements pour le traitement du cancer colorectal métastatique. En mars 2009, Santé Canada a reconnu à AvastinMC une nouvelle indication : en combinaison avec un régime de chimiothérapie à base de carboplatine et de paclitaxel, chez les personnes atteintes d'un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) non épidermoïde, avancé, métastatique ou récurrent, et non résécable. Actuellement, le traitement de cette pathologie est principalement constitué d’une chimiothérapie à base de sels de platine comme le cisplatine (Platinol-AQMC et autres), associée à la gemcitabine (GemzarMC et autres).

Valeur thérapeutique

Un essai randomisé et contrôlé (Sandler 2006) a été réalisé chez des personnes atteintes d’un CPNPC de type non épidermoïde, avancé, métastatique ou récurrent, n’ayant jamais reçu de chimiothérapie. Le but de cet essai est de déterminer si l’ajout du bevacizumab au traitement associant le paclitaxel et la carboplatine prolonge la survie. Les résultats sont les suivants :

  • la survie globale est prolongée de 2 mois dans le groupe recevant le bevacizumab (12,3 mois contre 10,3 mois) pour un rapport des risques instantanés (Hazard ratio) (RRI) de 0,79 (IC 95 % : 0,67 à 0,92);
  • la survie sans progression est prolongée de 1,7 mois dans le groupe recevant le bevacizumab (6,2 mois contre 4,5 mois) pour un RRI de 0,66 (IC 95 % : 0,57 à 0,77);
  • davantage d’effets indésirables de stade 3 ou plus ont été observés chez les personnes recevant le bevacizumab (hypertension, hémorragies, neutropénie fébrile, thrombocytopénie, céphalée et rash). Les décès causés par le traitement sont aussi plus fréquents (15 décès contre 2 décès, p = 0,001). Ils sont principalement causés par les hémorragies et la neutropénie fébrile;
  • aucune donnée concernant la qualité de vie n’est rapportée.

Dans cette étude, la combinaison du paclitaxel et de la carboplatine est employée. Toutefois, au Québec, en première intention de traitement du CPNPC avancé ou métastatique, cette association est très peu utilisée, contrairement à la combinaison cisplatine et gemcitabine. Ainsi, le Conseil se questionne sur la validité externe de cette étude dans le contexte québécois.

Un essai randomisé et contrôlé par placebo (Reck 2009) a été réalisé chez 1 043 personnes atteintes d’un CPNPC de type non épidermoïde, avancé, métastatique ou récurrent. Le but de l’étude est de comparer l’efficacité et l’innocuité de deux doses de bevacizumab (7,5 mg/kg et 15 mg/kg) à celles du placebo. Le bevacizumab et le placebo ont été associés au cisplatine et à la gemcitabine. Les résultats démontrent que le traitement comprenant le bevacizumab prolonge la survie sans progression d’un peu moins de trois semaines. Il n’y a pas de données sur la survie ni sur la qualité de vie.

En somme, le Conseil ne reconnaît pas la valeur thérapeutique du bevacizumab en association chez les personnes atteintes d’un CPNPC non épidermoïde, avancé, métastatique ou récurrent en première intention de traitement pour l’ensemble des raisons suivantes :

  • le Conseil reconnaît un gain de survie modeste de deux mois lorsque le bevacizumab est associé au paclitaxel et à la carboplatine. Cependant, aucunes données de qualité de vie ne nous informent sur l’état de santé des personnes qui survivent ces deux mois de plus. Par ailleurs, lorsqu’il est associé au cisplatine et à la gemcitabine, seul un gain de survie sans progression de trois semaines est observé;
  • le Conseil est préoccupé par le nombre de décès causés par le bevacizumab dans l’étude principale bien que dans l’étude de Reck la mortalité liée au traitement ait été semblable dans les deux groupes. Des données complémentaires sur l’innocuité rassureraient le Conseil sur cet élément;
  • lorsque le bevacizumab est associé au traitement couramment utilisé au Québec, soit le cisplatine et la gemcitabine, les bénéfices sont décevants et de surcroît, il n’y a pas d’avis de conformité pour cet usage.

Conclusion

Le Conseil a recommandé de ne pas ajouter, pour AvastinMC, une indication reconnue concernant le traitement du cancer du poumon non à petites cellules, car le critère de la valeur thérapeutique n’est pas satisfait.

 

Principales références utilisées

Ramalingam SS, Dahlberg SE, Langer CJ, et coll. Outcomes for elderly, advanced-stage non-small-cell lung cancer patients treated with bevacizumab in combination with carboplatin and paclitaxel: analysis of Eastern Cooperative Oncology Group trial 4599. J Clin Oncol 2008; 26 (1): 60-5.

Reck M, von Pawel J, Zatloukal P, et coll. Phase III Trial of Cisplatin Plus GeMCitabine With Either Placebo or Bevacizumab As First-Line Therapy for Nonsquamous Non–Small-Cell Lung Cancer: AVAiL. J Clin Oncol 2009; 27: 1227-1234.

Sandler A, Gray R, Perry MC, et coll. Paclitaxel-carboplatin alone or with bevacizumab for non-small-cell lung cancer. N Engl J Med 2006; 355: 2542-50.

Note : D’autres références, publiées ou non publiées, ont été consultées.

Abonnez-vous à notre infolettre dès maintenant

Abonnement