Indications de la tomographie par émission de positrons (TEP) : mise à jour sommaire

2011-09-20 | Cancérologie, Cardiologie et maladies neurovasculaires, Imagerie médicale

Le présent document a pour objectif de donner une première réponse à différentes questions concernant l’élargissement des indications cliniques de la tomographie par émission de positrons (TEP) et de la TEP-TDM1 en oncologie et pour d’autres types de maladies par rapport à la pratique actuelle au Québec.

Un premier tri a permis de relever 12 cancers pour lesquels les indications initiales et de suivi reconnues recensées dans la littérature sont également reconnues au Québec, et pour lesquels un faible potentiel d’élargissement des indications tiendrait à des nuances ou à des spécificités qui ne peuvent être précisées dans le cadre du présent document. Un élargissement potentiel des indications reconnues au Québec a été identifié pour six cancers dont deux rallient un consensus international, soit le gliome pour les indications initiales, et les tumeurs stromales gastro-intestinales pour les indications initiales et de suivi. Les autres indications sont soit controversées par manque de données scientifiques interprétables (cancer du rein pour les indications initiales et cancer du pancréas pour les indications de suivi), soit en émergence par la quantité d’études récentes sur le sujet (cancer de la thyroïde pour les indications initiales) ou encore confondues dans une autre catégorie (cancer du cerveau sans précision confondu avec gliome). Par ailleurs, pour les indications non oncologiques, l’ostéomyélite chronique et les infections associées aux prothèses pourraient constituer de nouvelles indications émergentes.

La question concernant l’utilité de la TEP pour la planification des traitements de radiothérapie n’a pu être résolue faute de données scientifiques suffisantes. Il s’agit d’un domaine en émergence, surtout expérimental, sur lequel il n’existe présentement aucune revue systématique. Les travaux de recherche actuels portent surtout sur des enjeux techniques particuliers à chaque cancer. L’équipe de l’Unité d’évaluation des technologies et des modes d’intervention en santé (UETMIS) du Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ) procède à l’analyse de la littérature sur cette indication afin d’apporter un éclairage sur cette nouvelle application technologique et son développement éventuel au Québec.

En conclusion, l’éventail des indications nouvelles ou élargies de la TEP en regard de celles déjà reconnues au Québec paraît restreint. Par ailleurs, la TEP est une technologie qui évolue rapidement et son association à d’autres techniques, notamment l’imagerie par résonance magnétique, ouvre de nouvelles perspectives de développement.

Abonnez-vous à notre infolettre dès maintenant

Abonnement