Extrait d'avis au ministre

Erleada (cancer prostate)

Dénomination commune / Sujet : apalutamide
Nom du fabricant : Janss. Inc
Forme : Co.
Teneur : 60 mg

Indication : Traitement du cancer de la prostate métastatique sensible à la castration

Recommandation de l'INESSS
Inscription - Avec conditions

Décision du Ministre
Surseoir à la décision (2020-07-08)

Evaluation publiée le 10 juin 2020

Téléchargez l'Avis au ministre sur Erleada (cancer prostate)

 Extrait de l'Avis au ministre sur Erleada 447 KiO

L’apalutamide (ErleadaMC) est un médicament utilisé pour traiter le cancer de la prostate métastatique, c’est-à-dire lorsqu’il s’est propagé. Il s’agit d’un type de cancer fréquent et grave. Les patients, à ce stade de la maladie, vivent habituellement moins de 5 ans et il n'existe aucun traitement pour guérir ce type de cancer. L’apalutamide vise à ralentir la progression de la maladie, à prolonger la survie ou à améliorer le confort des patients. Actuellement, la majorité des hommes à ce stade de la maladie reçoivent un traitement hormonal et sont suivis. Quelques-uns peuvent toutefois recevoir une chimiothérapie nommée docetaxel.

L’évaluation de l’efficacité de l’apalutamide repose sur une étude de bonne qualité. Les résultats de cette étude montrent que l’apalutamide retarde la progression de la maladie et prolonge la vie des patients par rapport à un placebo, tous deux en ajout au traitement hormonal. De plus, c’est un traitement qui est généralement bien toléré et il ne semble pas détériorer la qualité de vie des patients par rapport au placebo. Il représenterait une nouvelle option de traitement et viendrait combler un important besoin de santé.

Le coût de traitement à l’apalutamide, en ajout au traitement hormonal, est élevé. Le rapport entre son coût et son efficacité (les effets réels sur la durée de vie et la qualité de vie) est défavorable lorsque comparé au traitement hormonal seul. L’INESSS estime qu’au cours des 3 prochaines années, ce traitement entraînerait des dépenses additionnelles d’environ 28,4 millions de dollars pour le traitement de 470 patients.

Bien que cette maladie ne puisse pas être guérie à ce stade, l’INESSS est conscient de l’importance, pour les patients et leurs proches, de prolonger la vie et de conserver une bonne qualité de vie le plus longtemps possible. Dans un contexte de ressources limitées, il doit formuler des recommandations pour que ces ressources soient investies de façon responsable dans l’ensemble du système de santé. C’est pourquoi l’INESSS recommande à la ministre d’ajouter une indication reconnue à ErleadaMC, à la condition que son utilisation soit encadrée et que le fabricant contribue à réduire le fardeau économique sur le système de santé.

Abonnez-vous à notre infolettre dès maintenant

Abonnement