Utilisation du dosage de l’antigène prostatique spécifique (APS) pour le dépistage du cancer de la prostate au Québec

2018-01-08 | Cancérologie

Notice Santécom: 108907

 

SONDAGE – Qu’avez-vous pensé :

 

Selon la Société canadienne du cancer, 4 700 nouveaux cas de cancer de la prostate ont été diagnostiqués au Québec en 2016, ce qui en fait le cancer le plus fréquent chez l’homme. Une détection précoce permet un traitement curatif dans une grande proportion de cas. La pratique du dosage de l’antigène prostatique spécifique (APS) pour le dépistage du cancer de la prostate est largement répandue bien qu’il persiste des incertitudes en ce qui a trait aux bienfaits d’une telle stratégie à une échelle populationnelle. Les opinions des sociétés savantes à l’échelle internationale sont souvent divergentes sur la recommandation de procéder ou non au dépistage du cancer de la prostate. Le Collège des médecins du Québec (CMQ) a recommandé en 2013 « d’envisager le dépistage du cancer de la prostate (APS et toucher rectal) chez certains individus » dans le contexte d’une prise de décision partagée et éclairée.

Ces deux publications portant sur l’Utilisation du dosage de l’APS pour le dépistage du cancer de la prostate au Québec ont été produites dans le cadre d’une entente tripartite entre l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS), l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et le Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Elles présentent la mise à jour de la littérature et l’état des pratiques au Québec portant sur l’utilisation du dosage de l’APS avec un accent sur l’efficacité, l’innocuité et la balance des risques et bénéfices. Des recommandations sont formulées qui devraient permettre de mieux cadrer le recours à l'APS à des fins de dépistage au Québec.

Dans un premier temps, il est recommandé que le dépistage par l’APS ne soit pas offert aux hommes de façon systématique. Étant donné l’impact ténu mais présent sur la mortalité par cancer, il est aussi recommandé que le test soit disponible dans un contexte de dépistage pour les hommes asymptomatiques, âgés de 55 à 69 ans, ayant une espérance de vie de plus de 10 ans et qui désirent se prévaloir de ce test après avoir reçu toute l’information nécessaire à une prise de décision éclairée. Un modèle de prise en charge des résultats de l’APS est proposé afin d’en assurer un usage pertinent.

Pour faire suite à la publication de ces deux documents, un outil à l'intention des professionnels de la santé a été élaboré. Cet outil a pour objectif de faciliter la discussion entre le professionnel et les patients sur le choix de se faire dépister ou non pour ainsi favoriser une prise de décision éclairée. La production de cet outil a été rendue possible grâce à la contribution de nombreux médecins de famille et représentants de différentes associations (CMQ, FMOQ et OIIQ).

Abonnez-vous à notre infolettre dès maintenant

Abonnement