Pertinence de transmettre les prélèvements chirurgicaux au laboratoire d’anatomopathologie à des fins d’analyse

10-13-2016 | Biologie médicale et génomique

 

 

Notice Santécom: 75554

Jusqu’à tout récemment, l’interprétation des établissements de santé du Québec de l’article 59 du Règlement sur l’organisation et l’administration des établissements (RLRQ, chapitre S-5, r. 5), faisait en sorte que tous les prélèvements d’organe, de parties d’organe, de corps étranger, etc. devaient être transmis au laboratoire d’anatomopathologie à des fins d’analyse et ce, sans égard à la pertinence clinique de cette pratique.

Or, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a diffusé au printemps une circulaire dans laquelle il précise l’interprétation qu’il fait de l’article 59. Afin d’aider à son application et d’assurer une certaine cohérence entre les établissements publics, il a été proposé que la circulaire soit accompagnée de précisions. Le MSSS a donc demandé à l’INESSS de faire état des preuves relatives à la transmission au laboratoire d’anatomopathologie des différents types de prélèvement effectués lors d’une chirurgie et ce, afin de produire un document complémentaire à la circulaire ministérielle.

Cette note informative se veut un document de référence auquel les cliniciens et les gestionnaires du réseau de la santé peuvent se référer lors de l’élaboration de consignes ou de politiques applicables dans leur établissement respectif. Elle ne remplace aucunement le jugement clinique.

REF457

Subscribe to our newsletter now

Subscription