Lopinavir-Ritonavir (Kaletra) (mise à jour 09-04-2020)

NOTE :  Dans cette mise à jour, 4 nouvelles sections (en bleu) ont été ajoutées.

POSITION DE L’INESSS (mise à jour 09-04-2020)

Prophylaxie

  • L’absence de données d’efficacité concernant l’utilisation de l’association lopinavir-ritonavir en prophylaxie post-exposition de l’infection par le SARS-Cov2 ne permet pas de recommander son usage dans ce contexte en dehors d’un protocole de recherche.

Aucune donnée scientifique n’est actuellement disponible en prophylaxie de la COVID-19 [Niveau de preuve scientifique insuffisant]. Au moins deux essais cliniques sont en cours de réalisation (CORIPREV-LR, COVIDAXIS); ils permettront de mieux apprécier les effets de ces molécules en prévention de l’infection par le SARS-Cov2 et d’augmenter le niveau de preuve scientifique. 

Traitement
COVID-19 confirmée, patients non hospitalisés

  • Aucune donnée ne permet de recommander l’usage de l’association lopinavir-ritonavir en dehors d’un protocole de recherche chez les patients ayant un diagnostic confirmé de COVID-19 dont la condition clinique n’exige pas une hospitalisation.

Aucune donnée scientifique n’est actuellement disponible chez les patients COVID-19 confirmés dont l’état n’exige pas une hospitalisation [Niveau de preuve scientifique insuffisant]. Des essais cliniques au Canada et à l’international sont en cours de réalisation; ils permettront de mieux apprécier les effets de ces molécules pour cette catégorie de patients et d’augmenter le niveau de preuve scientifique. 

COVID-19 confirmée, patients hospitalisés

  • Les données empreintes d’incertitude documentant l’efficacité de ces médicaments ne permettent pas de recommander l’usage de l’association lopinavir-ritonavir, seule ou en association avec d’autres antiviraux, en dehors d’un protocole de recherche chez les patients ayant un diagnostic confirmé de COVID-19 dont l’état clinique nécessite une hospitalisation.

Les résultats d’un essai randomisé à devis ouvert réalisé dans un hôpital de Wuhan indiquent que l’association lopinavir/ritonavir ne réduit pas significativement le délai jusqu’à la survenue d’une amélioration clinique, ni le taux de mortalité à 28 jours. Une analyse de sous-groupe indique toutefois que l’association lopinavir/ritonavir procurerait des bénéfices chez les patients dont la durée de la maladie était inférieure à 12 jours lors de l’instauration du traitement [Niveau de preuve scientifique: faible]. Bien que cela ne se traduise pas par une durée d’hospitalisation réduite, une analyse rétrospective indique que l’association lopinavir/ritonavir pourrait diminuer la durée d’excrétion virale d’autant plus que le traitement est instauré au cours des dix premiers jours de la maladie [Niveau de preuve scientifique: insuffisant]. D’autres essais cliniques sont toujours en cours de réalisation au Canada et à l’international; ils permettront de mieux apprécier les effets de cette association dans l’évolution clinique de la COVID-19 et d’augmenter le niveau de preuve scientifique.

COVID-19 confirmée, patients hospitalisés admis aux soins intensifs

  • L’usage de l’association lopinavir/ritonavir chez les patients ayant un diagnostic confirmé de COVID-19 admis aux soins intensifs n’est pas recommandé en dehors d’un protocole de recherche.

Aucun essai clinique ne documente l’efficacité de ces molécules chez des patients COVID-19 confirmés admis aux soins intensifs à ce jour. [Niveau de preuve scientifique insuffisant]. Au moins un essai clinique est en cours de réalisation au Canada et à l’international (REMAP-CAP); il permettra de mieux apprécier les effets de cette association pour cette catégorie de patients et d’augmenter le niveau de preuve scientifique.

Abonnez-vous à notre infolettre dès maintenant

Abonnement